L'origine de Caorle remonte certainement à l'époque romaine, comme le témoignent les nombreux vestiges retrouvés en ville et dans l'arrière-pays. Elle doit son importance à la proximité de Concordia à qui elle était reliée par le fleuve Lemene et dont elle représentait son port de référence. Elle se développa vraiment grâce à la fuite des populations concordaises qui - analogue à ce qui serait arrivé quelque décennie plus tard a Rialto (Venise) se réfugièrent dans les zones côtières protégées par les marécages et la mer pour fuir les Invasions barbares. Depuis, le lien qu'entretient Caorle avec les autres villes du littoral, et en particulier avec celle qui deviendra Venise, devint indissoluble et peu à peu complémentaire avec les évènements historiques de la Sérénissime. L'économie de Caorle se basait sur l'exploitation de la pêche, que ce soit en vallée ou en mer, et c'est à ce type d'économie que fut liée la ville et à qui elle doit ses périodes de chance et de malchance. La cathédrale représente le monument historique et citadin majeur. Edifié au XIsiècle, elle fut pendant de longs siècles le siège épiscopal. Composée de trois nefs, de style roman, son intérieur renfermait autrefois de précieuses fresques dont il reste quelques traces dans les absides de la nef et sur les façades de l'entrée. À l'extérieur, sur la grande place d'en face se dresse le majestueux et énigmatique clocher, remontant au XI siècle, pratiquement unique par son plan circulaire, qui pourrait provenir d'une ancienne tour-phare probablement de l'époque romaine, imposante et complexe dans sa superposition d'éléments décoratifs et de bifore (fenêtres à double ouverture) surmontées par sa haute flèche, dont sa silhouette se reconnait de loin quel que soit l'endroit où on se trouve. L'autre monument important de Caorle est le sanctuaire marial de San Michele Arcangelo, (l'Archange Saint-Michel) appelé plus communément la Madonna dell'Angelo (la Madone de l'Ange). Situé dans une position exceptionnelle à l'extrémité d'une peine péninsule, il a toujours représenté un point de repaire pour les navigants, comme pour témoigner de ce lien puissant qui unit depuis toujours la ville à la mer. 

Pittoresque de part sa position, le Sanctuaire est envahi aussi bien par le mythe de l'autel votif en pierre - dont la légende disait qu'il flottait au beau milieu de la mer, surmonté du simulacre de la Madone et que seuls les enfants réussirent à le ramener sur le rivage - que par le rôle protectif qu'on lui a toujours attribué depuis que par le passé il sauva la population d'une terrible tempête qui avait inondé la ville. Le centre historique est très évocateur et souligne le caractère vénitien du petit bourg, même sans édifices fastueux; le tissu historique est marqué par des témoignages d'édifices antiques d'une grande simplicité et aux lignes épurées (typiques de l'habitaI de pêcheurs), aux colorations bigarrées, et par son extrême agrégation et par la présence de calli (ruelles), campi (places) et rii (ruelles), semblables aux autres centres de la lagune Vénète. Durant les deux derniers siècles le territoire a vu une nette amélioration grâce aux multiples œuvres d'assainissement qui ont porté il une nouvelle économie importante liée à l'agriculture et axée autour des centres agricoles appartenant il des familles vénitiennes comme celle des Cà Corniani. C'est seulement au siècle dernier que l'industrie touristique est apparue et elle s'est surtout développée dans la deuxième moitié du XXème siècle, notamment grâce à l'amélioration du niveau de vie, qui a eu pour conséquence un boom de ses Infrastructures touristiques qui s'adressent non seulement à un clientèle locale mais aussi internationale étant une des principales destinations du tourisme balnéaire de la Cille nord Adriatique. Cette condition a favorisé la croissance urbaine jusqu'à saturer toute la cille occidentale du territoire communal avec la création en diverses phases de quartiers touristiques comme Porto Santa Margherita (Port Sainte-Marguerite), Duna Verde (Dune Verte) et Altanea. Maintenant que l'économie a atteint sa pleine maturité, de plus en plus fortes sont les initiatives concernant la revalorisation des traditions, du milieu naturel, et de la redécouverte de l'arrière-pays qui, bien qu'agricole maintient son charme ancien, qualité rare aujourd'hui, avec ses campagnes qui seul ici réussissent il offrir encore de grands espaces ruraux sans limite, loin de la cohue des centres urbains.

Le clocher de la cathédrale Caorle
Le sanctuaire de Notre-Dame de l'Ange Caorle
Les maisons colorées à Caorle
Enfant joue sur la plage de Caorle